pourquoi je ne perds pas de poids

Pourquoi je ne perds pas de poids ?

Vous avez entamé un régime, vous avez logiquement commencé à perdre du poids, tout allait bien jusqu’au jour où… plus rien. L’aiguille de la balance ne bouge plus et pourtant vous continuez à vous priver. « Je fais toujours un régime  alors pourquoi je ne perds pas de poids ?».

Si vous avez déjà prononcé cette phrase, ce post est fait pour vous.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles certaines personnes au régime arrivent à une sorte de phase plateau et ne perdent plus de poids.

Le facteur génétique

Regardez autour de vous. Votre mère est elle du genre à manger ce qu’elle veut sans prendre un gramme, votre sœur est-elle filiforme. Si la réponse est non et si la phrase « j’ai 10 kilos à perdre » est un mantra familial, ne cherchez plus : la cause de votre problème est probablement aussi d’ordre génétique.

Mais ce n’est pas parce que vous avez plus de mal à maigrir que les autres qu’il vous est impossible de maigrir. Avant de faire un procès à vos parents, essayez de corriger les autres raisons qui expliquent votre difficulté à maigrir :

Un métabolisme à plat

À force de vous priver et de réduire votre apport calorique sur la durée, il est possible que vous ayez mis votre corps en mode « métabolisme ralenti ». Comme en période de famine, le corps a compris qu’il allait être privé longtemps, donc il se met au repos pour ne pas bruler ses réserves.

Vous êtes fatiguée, ramollie et vous brulez effectivement moins de calories. Pour y remédier il va falloir rebooster votre métabolisme.

Comment ? D’abord en modifiant votre régime.

Augmentez vos rations, en rajoutant des protéines à votre diète pour favoriser la prise de masse musculaire. Et surtout, consommez des aliments qui stimulent le métabolisme comme le gingembre ou le piment. Le gingembre est aussi efficace que certains médicaments anti-obésité (2)

Le piment aurait la capacité de booster le métabolisme c’est-à-dire d’augmenter naturellement la dépense énergétique de l’organisme au repos. (1)

Pourquoi je ne perds pas de poids? Un sport inadapté

Ou pas de sport du tout.

Pour booster votre métabolisme vous devez faire du sport, mais pas n’importe lequel. Vous devez faire un sport qui vous aidera à faire du muscle !

C’est votre masse musculaire qui brule naturellement le plus d’énergie et c’est elle qui se nourrira de vos calories en trop. Au programme donc :

MUSCULATION (pour augmenter la masse musculaire) et INTERVAL TRAINING (HIIT) pour booster le métabolisme et augmenter l’activité enzymatique dans les muscles.

L’Interval training consiste à faire un effort intense à 90% de ses capacités pendant 20 secondes, à se mettre en mode récupération pendant 10 secondes, puis à repasser en mode intensif pendant 20 secondes… et ainsi de suite. Répétez le cycle pendant 10 minutes minimum.

Les activités idéales pour l’HIIT sont le vélo d’appartement, le footing ou l’aérobic. Attention, ne commencez pas ce genre d’entrainement si vous n’avez pas l’habitude de faire de l’exercice régulièrement.

Les activités d’intensité modérées (randonnée, natation etc) vous aideront bien sûr à être plus en forme et à perdre du poids, mais de façon beaucoup plus lente. L’idéal étant bien sûr de combiner les deux types d’activités physiques.

Un régime inadapté

Le dictat du régime allégé en matières grasses a duré des décennies, alors pas étonnant si vous avez encore tendance à limiter les matières grasses… au profit des sucres lents que vous pensez meilleurs pour perdre du poids. Erreur.

Dans une tartine de pain beurré, le pire ennemi de votre ligne n’est pas le beurre, mais le pain !

Au lieu de rationner les matières grasses et les calories, rationnez sévèrement les glucides sans vous soucier des calories : vous vous sentirez rassasiés plus rapidement, aurez moins de fringales et vous recommencerez à perdre du poids.

Un régime allégé en glucides aura d’autres bénéfices santé que la simple perte de poids : c’est prouvé, en plus de faire perdre plus de poids qu’un régime allégé en matières grasses, un régime allégé en glucides fait baisser le taux de sucre dans le sang, la tension artérielle et le mauvais cholestérol plus efficacement. (3)

UN RÉGIME ALLÉGÉ EN GLUCIDES C’EST QUOI?

Cela dépend énormément de vos besoins. Sédentaire ou très active, vos besoins énergétiques sont différents.

  • Si vous êtes très active, ou si vous souhaitez vous stabiliser après un régime très strict, limitez votre apport de glucides à 150 grammes maximum par jour. Cela inclut fruits, laitages (eh oui, il y a des glucides dans les yaourts !) et féculents ou céréales.
  • Si vous êtes sédentaire ou si vous voulez perdre beaucoup, essayez de vous limiter à 50 grammes de glucides par jour. Pain, et produits céréaliers interdits. Les seules sources de glucides autorisées sont le riz et les baies rouges (myrtilles, fraises)
  • Dans tous les cas les sucres ajoutés et autres aliments industriels sont interdits (ils contiennent trop de sucres cachés pour que vous puissiez compatbiliser les glucides)

Le régime qui limite l’apport de glucides à 50 grammes par jour se nomme la diète cétogène.

Dans cette diète, le foie produit de l’énergie pour les organes en dégradant non pas les glucides, mais les lipides, ce qui entraine la production de corps cétogènes, lesquels sont utilisés comme combustible par le cœur et le cerveau. Cette diète est fréquemment utilisée pour soigner l’épilepsie des enfants.

Trop de laitages

Vous avez peut-être entendu des nutritionnistes affirmer que consommer des laitages était indispensables au cours d’un régime.

Pourtant saviez-vous qu’un excès de laitage peut entrainer les mêmes effets qu’un excès de glucides ? La composition spécifique des protéines des laitages a en effet la particularité d’engendrer des pics d’insuline, et donc de favoriser fringales et stockage des graisses (4).

À choisir, si vous souhaitez manger des produits laitiers, préférez le beurre au fromage. Le beurre est en effet moins riche en protéines et en lactose (le sucre du lait). En plus le beurre est riche en bons nutriments comme la vitamine A, E et D.

Vérifiez que votre beurre est fait avec du lait bio issu de vaches nourries à l’herbe, car cela a un véritable impact sur sa richesse nutritionnelle.

Pourquoi je ne perds pas de poids? Trop de stress

Fléau qui touche particulièrement les actifs le stress favorise la prise de poids de façon multifactorielle.

Hormonale tout d’abord : le stress déclenche la production de cortisol.

Or une étude suédoise a prouvé qu’un excès chronique de cortisol dans le sang provoquait une augmentation du taux de graisse abdominale.(5) Les perturbations hormonales dues au stress provoquent également des fringales d’aliments gras et sucrés. Difficile dans ces conditions de continuer à maigrir, non ?

Autre conséquence du stress : le manque de sommeil. Et bien il est prouvé également que ne pas dormir suffisamment fait grossir ! C’est même considéré comme un facteur de risque d’obésite.(6)

La solution : méditation, relaxation, acupuncture ou massages pour réduire le stress. Et pour ce qui est du sommeil, tisanes aux plantes sédatives (tilleul, camomille) horaires de sommeil réguliers, noir total sont recommandés. Avant de dormir, une activité relaxante comme la lecture ou le yoga est conseillée.

De même, il est recommandé d’éteindre tous les écrans (smartphone, tablette, ordinateur et télé) au moins 1h avant d’aller au lit (la lumière bleue des écrans perturbe le cycle des hormones responsables de l’endormissement).

Crédit photo : CC BY-ND 2.0  Dominik Golenia

  1. What’s Next in Diets: Chili Peppers ? Biophysical Society 59th Meeting, Feb 2015, Baltimore.
  2. Comparative evaluation of the efficacy of ginger and orlistat on obesity management, pancreatic lipase and liver peroxisomal catalase enzyme in male albino rats. R.H. Mahmoud, W.A. Elnour. Biochemistry and Nutrition Department, Women College, Ain Shams University Cairo, Egypt.
  3. Effects of a low-carbohydrate diet on weight loss and cardiovascular risk factor in overweight adolescents. Stephen B. Sondike, MD, Nancy Copperman, MS, RD , Marc S. Jacobson, MD. Division of Adolescent Medicine, Schneider Children’s Hospital, New Hyde Park, New York. 2001
  4. Glycemia and insulinemia in healthy subjects after lactose-equivalent meals of milk and other food proteins: the role of plasma amino acids and incretins. Mikael Nilsson, Marianne Stenberg, Anders H Frid, Jens J Holst, and Inger ME Björck. 2004 American Society for Clinical Nutrition
  5. Do stress reactions cause abdominal obesity and comorbidities?.P. Björntorp. Obesity reviews, may 2001.
  6. Inadequate sleep as a risk factor for Obesity : Analysis of the NHANES I. in Sleep vol28, N°10, 2005.