Le varech pour maigrir

Le varech pour maigrir

Varech pour maigrir

 

Maigrir avec des algues… un truc de grand-mère ? N’empêche que c’est drôlement efficace. Et la science l’a prouvé. Découvrez comment utiliser le varech pour maigrir.

 

Saviez-vous que l’océan recèle un trésor capable d’empêcher votre organisme d’absorber les graisses présentes dans votre assiette, de réduire les effets des aliments sucrés et de booster votre métabolisme ? Une bonne nouvelle surtout à l’approche des fêtes.

 
Le varech vésiculeux, que vous rencontrerez également sous le nom de Fucus vesiculosus est une algue brune qu’on retrouve en grande quantité sur les côtes Atlantiques, mais aussi dans l’océan Pacifique, la mer du Nord, la Baltique…

 

Depuis longtemps les femmes qui vivent sur les littoraux où foisonnent ces algues ont compris l’intérêt de s’envelopper le corps dans les longes thalles du varech vésiculeux. D’abord pour prévenir les maladies liées au manque d’iode, ensuite pour traiter leur cellulite localisée.

 
Le varech ou fucus contient :

  • de nombreux oligo-éléments (dont l’iode)
  • des vitamines B
  • tous les minéraux
  • des alginates
  • des mucilages
  • des flavonoïdes
  • des fibres
  • des fucostérols

 

 

Il est considéré comme un bon stimulant du système immunitaire, un tonique utile ac cas d’infection et capable de reconstituer les stocks en minéraux et oligo-élements essentiels.

 

 

Le varech, un boosteur du métabolisme

 

Le varech, et en particulier ses vésicules, est riche en iode et en nutriments qui stimulent le fonctionnement de la thyroïde. C’est en 1750 qu’un savant a compris qu’on pouvait traiter le goitre avec du varech vésiculeux.

 

La découverte de l’iode en a découlé et c’est souvent du varech qu’on tire l’iode utilisée pour traiter les problèmes de thyroïde. Le varech contient 600 mcg d’iode par gramme.

 
Sous l’effet de la consommation d’iode, la thyroïde produit plus d’hormones thyroïdiennes, ce qui a pour effet d’augmenter le métabolisme.

C’est là qu’utiliser du varech pour maigrir prend tout son sens.

 

L’iode peut aider les personnes qui ont une thyroïde paresseuse. Quand la thyroïde est en sous régime, on a tendance à être plus lente, plus frileuse, et à brûler moins de calories.

On est un peu au ralenti quoi. Bref, on a un métabolisme bas.

 

Quand le métabolisme augmente c’est tout simplement plus de calories qui sont brûlées, même au repos.

 

La bonne nouvelle c’est que le varech agit tout particulièrement au niveau des graisses abdominales. Un caroténoïde présent dans ces algues, la fucoxanthine est le responsable de l’oxydation des graisses et de l’augmentation de la température corporelle précisément au niveau du ventre.

 

Le varech réduit l’appétit

 

Un des effets immédiats et incontestables du varech ou fucus vésiculeux c’est sa capacité à induire la satiété, comme les algues en général ainsi que les aliments riches en mucilage.

En effet, les fibres qu’il contient se gorgent d’eau une fois absorbées et remplissent tout simplement l’estomac.

Il a donc un effet coupe-faim indéniable quand on le prend 30 minutes avant le repas.

 

 

Le varech, un anti gras

 

Le varech contient de l’alginate, un composant qui réduit l’absorption des graisses alimentaires directement au niveau digestif.

D’après des chercheurs de l’université de Newcastle, l’alginate présente dans le varech a la capacité de réduire l’activité d’une enzyme digestive dédiée à l’assimilation du gras.

C’est-à-dire qu’une partie du gras que vous consommez n’est tout simplement pas enregistré par votre organisme. C’est comme si vous ne l’aviez pas avalé.

 

Une autre étude a permit de démontrer que le fucoïdane, un polysaccharide présent dans le varech (mais aussi dans le concombre de mer et autour des œufs d’oursin), avait une autre activité anti graisse. En effet, il inhibe partiellement l’activité d’un gène qui permet la genèse de cellules adipeuses. (1)

Pour faire simple, ce polysaccharide du fucus limite l’accumulation de graisse sous cutanée par l’organisme.

 

Le varech, un anti sucre

 

Il n’y a pas que le gras qui soit bloqué au niveau de la digestion quand on consomme du varech. Le sucre aussi semble faire les frais de l’ingestion de cette algue brune.

 

Une étude datée de 2011 a démontré en effet qu’il pouvait faire baisser la glycémie malgré la consommation d’un aliment riche en glucide, en l’occurrence du pain blanc. Les participants à cette étude ont pris 500mg de poudre de varech sous forme de compléments une demi-heure avant de consommer 50 grammes de pain.

 

Trois heures après, les analyses sanguines de ces participants révélaient que le varech avait augmenté leur sensibilité à l’insuline. (2) Une baisse de la sensibilité à l’insuline est un mauvais indicateur de santé puisque c’est un des premiers pas vers le diabète de type 2, l’obésité et le syndrome métabolique.

 

 

A quelle dose prendre le varech pour maigrir ?

Pour retrouver le varech au rayon compléments alimentaires, cherchez le fucus vesiculosus. En anglais il porte aussi le nom de bladderwrack.

 

On vient de le voir, avec 500mg on parvient à avoir un véritable effet sur le sucre sanguin. Pour un traitement à court terme c’est un dosage utilisable.

 

Mais une consommation sur le long terme d’une telle quantité devrait être évitée afin de limiter le risque de dérèglement de la thyroïde. En effet, l’hyperthyroïdie qui est un excès de production d’hormones thyroïdiennes est dangereuse pour le cœur.

 

100 à 250 mg de poudre de thalles de fucus (ou varech) par jour suffisent largement dans le cadre d’un traitement au long cours. À prendre systématiquement diluée dans un grand verre d’eau une demi-heure avant les repas.

 

 

  1.  Inhibitory effects of Fucoidan in 3T3-L1 adipocyte differentiation. Marine Biotechnolgy, 2009
  2. A randomised crossover placebo-controlled trial investigating the effect of brown seaweed (Ascophyllum nodosum and Fucus vesiculosus) on postchallenge plasma glucose and insulin levels in men and women. Applied physiology, nutrition and metabolism, 2011.