Le sélénium pour maigrir : il y en a plein dans la noix du Brésil

Le sélénium pour maigrir

Connaissez-vous le sélénium ? C’est un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de l’organisme et qui peut même vous aider à maigrir… à une condition bien particulière.

Le sélénium pour maigrir : c’est quoi ?

Le sélénium est un oligo-élément qui se retrouve dans la nature puis dans l’alimentation. On le retrouve sous forme de trace dans certains aliments, animaux ou végétaux.

perte de poids

21 ALIMENTS POUR PERDRE 10KG

Recevez Gratuitement Notre PDF Indispensable Pour Perdre 10kg!

  • Découvrez 21 Aliments Amincissants Qui Marchent Vraiment
  • Commencez à mincir dès ce soir et retrouvez la ligne!

Le sélénium est un oligo-élément essentiel qui a plusieurs rôles dans l’organisme :

 

  • Il a un action anti-oxydante : associé à la vitamine E, il protège les membranes cellulaires de l’oxydation.

 

  • Très concentré au niveau du pancréas, il participe à la régulation du fonctionnement de la glande thyroïde et donc à la fabrication des hormones thyroïdiennes.

 

L’apport quotidien recommandé en sélénium est de 200 à 300 µg (µg = microgrammes).

Attention, le surdosage peut entraîner une certaine toxicité et même causer des dommages à l’ADN. Ne jamais dépasser 1500 µg par jour.

 

Le sélénium pour maigrir : les aliments riches en sélénium

Le sélénium se trouvant dans le sol, il est capté par certains végétaux, et c’est ce qui permet de le retrouver dans l’alimentation.

Selon l’alimentation des bovins on peut même en retrouver en quantité intéressante dans leur viande et dans les laitages.

Les aliments riches en sélénium le sont surtout s’ils ont poussé dans un sol riche en sélénium.

C’est pourquoi la plupart des aliments cultivés hors sol (fraises, salades, tomates en hiver) en sont dépourvus. De même pour les sources animales qui dépendent de l’alimentation des animaux.

Malheureusement les sols européens sont assez peu riches en sélénium dans l’ensemble, tandis que l’Amérique possède des sols bien plus riches.

 

On trouve à coup sûr du sélénium dans :

  • huîtres du pacifique (entre 77 et 154 µg / 100 g),
  • thon en conserve (60-80 µg / 100 g)
  • abats de poulet (58-60 µg / 100 g)
  • viande de porc, champignons shiitakes, grands poissons (thon, espadon, morue, saumon)

 

Mais surtout, il existe un aliment STAR quand on parle du sélénium :

La noix du Brésil. C’est la meilleure source alimentaire de sélénium.

Avec 95µg pour 5 g (2 petites noix) Il suffit de deux noix pour obtenir les AJR en sélénium

La noix du Brésil est le fruit du noyer du Brésil, un arbre qui pousse uniquement dans les régions subtropicales du continent américain, entre le Brésil, le Pérou et la Bolivie.

Cela explique sa richesse en sélénium car le sol y est particulièrement riche et non transformé. La noix du Brésil est séchée à basse température après cueillette.

Elle doit être consommée crue, et il vaut mieux éviter les versions grillées et salées.

Attention, les huiles contenues dans la noix du Brésil rancissent vite. Pour s’assurer de sa fraîcheur, il est préférable qu’elle ait gardé une partie de sa peau brune, qu’elle ait été conservée correctement avant achat et gardée chez vous au frais, au sec et dans le noir.

L’idéal étant de trouver un bon fournisseur et de les acheter en petites quantités à chaque fois.

Le sélénium pour maigrir et pour la santé

Le sélénium par son action antioxydante a un effet protecteur contre le cancer. En août 2016 des chercheurs allemands ont même découvert qu’une carence en sélénium augmentait nettement les risque de développer un cancer du foie.(1)

D’autres études avaient précédemment souligné l’effet protecteur du sélénium contre le cancer de la prostate, le cancer du sein (2) et les maladies de la thyroïde.

Une supplémentation en sélénium pourrait également être bénéfique pour réduire les risques de pré éclampsie chez la femme enceinte (hypertension artérielle qui apparaît dès le deuxième trimestre de la grossesse).

En revanche, chez des personnes qui n’ont pas de carence en sélénium, une supplémentation pourrait entraîner un risque de diabète de type 2 ou de résistance à l’insuline. En effet, à doses normales le sélénium agit à priori comme un anti diabétique, car il a une action semblable à celle de l’insuline au niveau de la gestion du sucre.

Mais en cas de prise excessive régulière, il s’accumule dans le pancréas et crée un stress oxydatif au niveau des cellules qui produisent l’insuline. Celles-ci ne font alors plus leur travail et le diabète apparaît.

Mais alors le sélénium pour maigrir, est ce vraiment utile ?

Et bien oui et non.

Non, car chez la plupart des gens, le sélénium aide à rester en bonne santé mais pas particulièrement à maigrir.

Oui le sélénium peut aider la perte de poids des femmes qui souffrent de troubles de la thyroïde, en particulier d’hypothyroïdie.

En cas de prise de poids inexpliquée associée à une plus grande frilosité, il faut toujours soupçonner sa thyroïde, en particulier après 50 ans.

Les hormones thyroïdiennes, T4 et T3 servent à transformer l’énergie des aliments, à réguler le métabolisme et la température corporelle. Or en cas d’hypothyroïdie, la thyroïde fonctionne au ralenti et ne fabrique plus assez d’hormones.

Résultat : fatigue, métabolisme en berne, frilosité exacerbée, prise de poids ou difficulté à en perdre.

Le sélénium est indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes T4 et T3.

On peut envisager le sélénium pour maigrir dans le cas d’une hypothyroïdie légère, et dans ce cas-là il serait judicieux de l’associer à de l’iode qui favorise aussi l’action de la thyroïde. Une noix du brésil chaque jour, plus six huîtres par semaine et deux portions de poisson devraient suffire à améliorer vos taux de sélénium.

Si les symptômes de l’hypothyroïdie persistent, consultez un médecin qui vous prescrira probablement des hormones thyroïdiennes de synthèse.

 

  1. (1)Prediagnostic selenium status and hepatobiliary cancer risk in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition cohort. American Journal of Clinical Nutrition, 2016.
  2. (2)The relationship between selenium levels and breast cancer: a systematic review and meta-analysis. Biological Trace Element Research, 2014.