Comment éviter les xenoestrogènes

Comment éviter les xenoestrogènes

Les perturbateurs endocriniens sont partout, et parmi eux, les xenoestrogènes, ces produits chimiques qui imitent les œstrogènes. Comment éviter les xenoestrogènes ? Quels sont leurs effets sur la santé ? On vous dit tout.

Comment éviter les xenoestrogènes : que sont-ils ?

Les xenoestrogènes sont des perturbateurs endocriniens c’est-à-dire des substances naturelles ou de synthèse qui perturbent le système endocrinien, soit le mécanisme qui gère les hormones dans l’organisme.

Ces substances peuvent :

  • Soit empêcher les hormones de se fixer sur leur récepteur
  • Soit empêcher la production d’une hormone
  • Soit imiter les hormones sexuelles, c’est le cas des xenoestrogènes qui imitent les hormones sexuelles féminines que sont les œstrogènes

Comment éviter les xenoestrogènes : où sont-ils ?

Les perturbateurs endocriniens ou xenoestrogènes peuvent être ingérés par le biais de l’alimentation, ou inhalés, car ils existent également sous forme de composés organiques volatils.

Ils sont présents un peu partout dans notre environnement

  • Certains ustensiles de cuisine
  • Jusqu’à 60% des cosmétiques
  • Fruits et légumes soumis aux pesticides
  • Certains emballages alimentaires
  • De nombreuses matières plastiques

Voici une liste des perturbateurs endocriniens avérés (1) et reconnus par les autorités :

  • Phtalates : présents dans certaines matières plastiques souples (rideaux de douche, toile cirée etc), lubrifiants, cosmétiques et parfums de synthèse…
  • Bisphénol A : certains emballages plastiques, boites de conserves, CD, lunettes…
  • Parabens : conservateur dans les cosmétiques et médicaments, additif alimentaire
  • Composés perfluorés (PFC) : imperméabilisants, anti-tâches, emballages résistants aux graisses…
  • Retardateurs de flammes : composants électrique set électroniques, textiles d’ameublement (rideaux, coussins, canapés…)

Mais aussi

  • EDTA : conservateur
  • Triclosan : antibactérien présent dans les bains de bouche, dentifrices et gels pour les mains
  • Pesticides : DDT, DDE, glyphosate, kepone, Vinclozolin, Linuron, Procymidone, Lindane, Iprodione, Dieldrin, Endosulfan, Heptachlore.
  • BHA& BHT : conservateurs alimentaires
  • Erythrosine : colorant alimentaire rouge
  • Certains filtres solaires : avobenzone, homosalate, meradimate, octyl salycilate, octyl methoxycinnamate, oxybenzone, padimate O. (2)

Comment éviter les xenoestrogènes : leurs effets

Les perturbateurs endocriniens sont tenus responsables d’un certain nombre de cancers hormono-dépendants. En particulier chez les femmes, les cancers du sein et de l’endomètre.

Chez l’homme ce sont les cancers des testicules et de la prostate.

Chez l’homme l’exposition aux perturbateurs endocriniens entraîne également une baisse de la testostérone, et surtout, une baisse de la fertilité :

La fertilité masculine dans le monde a d’ailleurs baissé de façon dramatique dans le monde développé depuis les années 50, et la présence accrue de perturbateurs endocriniens dans l’environnement en est largement responsable selon la plupart des scientifiques.

Les xenoestrogènes peuvent aussi être responsables de déformations des organes sexuels et d’infertilité future chez les enfants qui y ont été exposés in-utero ou dans la petite enfance.

On soupçonne les xenoestrogènes et les autres perturbateurs endocriniens d’être en cause dans l’augmentation des cas d’autisme dans le monde.

Enfin, ils sont en partie responsables de l’épidémie d’obésité et de diabète actuelle.

En tout, on a estimé le coût sanitaire de l’exposition aux perturbateurs endocriniens à 31 milliards d’euros pour l’Union Européenne ! (3)

Pour toutes ces raisons, il est important que les populations suivantes y soient exposées le moins possible :

  • Femmes enceintes
  •  Enfants et adolescents
  • Hommes en âge de procréer

 

Comment éviter les xenoestrogènes : les risques

En fait, ce qui est particulièrement préoccupant avec l’exposition aux xenoestrogènes, c’est l’effet cocktail :

Les fabricants de cosmétiques et autres produits ménagers vous diront que les doses de conservateurs par exemple qu’ils mettent dans leurs produits sont bien en dessous des doses tolérées par la législation. Certes… Mais combien de fois par jour, par semaine, par an y sommes nous confrontés ?

L’exposition régulière et, même à faible dose, la multiplicité des sources, entraîne une possible accumulation dans l’organisme pour des effets à long terme qui ne sont pas encore totalement connus. En effet les perturbateurs endocriniens sont présents dans notre environnement depuis relativement peu de temps à l’échelle scientifique.

En France ce n’est que depuis 2009 que les autorités de santé sont en charge de la question.

Les seuls véritables actions obligatoires imposées par l’état ont été l’élimination du bisphénol A dans les tickets de caisse, l’interdiction du bisphénol A dans les biberons, l’interdiction des phtalates dans les jouets pour enfants.

Les autorités de santé sont encore au stade de l’évaluation et des recommandations, de plus la complexité des réglementations européennes fait qu’il faudra encore attendre longtemps avant une interdiction totale de tous les xenoestrogènes qui polluent aujourd’hui notre environnement en toute légalité.

C’est pourquoi il est capital que nous fassions le choix de prendre notre santé en main et de nous protéger. Maintenant !

Comment éviter les xenoestrogènes : conseils

1/ Optez pour le bio dans l’alimentation, en particulier pour les fruits et légumes et pour le vin. De nombreux pesticides sont des xenoestrogènes. Les premières victimes de ces perturbateurs endocriniens sont d’ailleurs les agriculteurs et les viticulteurs.

2/ N’achetez pas de boites conserves ou sodas en canettes. Le revêtement des boites de conserve est souvent chargé en bisphénol A. Préférez les conserves en bocal et les boissons en bouteille en plastique ou en verre.

3/ Évitez les meubles bas de gamme : des meubles en bois massif, neufs ou d’occasions risquent moins de contenir des substances toxiques, notamment des retardateurs de flamme.

4/ Choisissez un rideau de douche sans phtalates et n’utilisez pas de toile cirée si vous avez un enfant en bas âge susceptible de mâchouiller la nappe.

5/ Ne réchauffez pas les aliments au micro-ondes dans des contenants en plastique. Les xenoestrogènes migrent dans les matières grasses chauffées. De même pour les enfants n’utilisez pas de gourde en plastique bas de gamme. On trouve de très jolies gourdes en acier inoxydable, saines et assez légères.

6/ Achetez des dentifrices, cosmétiques et produits ménagers bio. Ou, encore mieux et moins cher, faites-les vous-même ! Avec les ingrédients suivants vous pourrez fabriquer vous-même un nombre incroyable de produits cosmétiques et ménagers efficaces et sans toxicité :

  • Huile de coco
  • Beurres de karité et de cacao
  • Cire d’abeille
  • Bicarbonate de soude
  • Cristaux de soude,
  • Vinaigre de cidre et vinaigre blanc
  • Savon de Marseille (le vrai!)
  • Huiles essentielles
  1. Ministère des affaires sociales et de la santé : perturbateurs endocriniens.
  2.  Some sunscreen ingredients may disrupt sperm cell function. Endocrine Society, 2016.
  3.  EU health savings up to 31 bilion per year possiblefrom reducing EDC exposure. Health and Environnement Alliance, 2015.